L’épilepsie, ou maladie épileptique, est une affection neurologique qui se caractérise essentiellement par des convulsions incontrôlées pouvant durer plusieurs minutes. Certes, la maladie peut prendre d’autres formes, mais il s’agit-là de la plus fréquente et de la plus connue de tous.

Le phénomène épileptique, impressionnant et déconcertant à cause de son caractère incontrôlable, s’explique par une décharge électrochimique qui provoque une activation brutale des neurones du cortex. La crise peut être exceptionnelle et n’est pas considérée comme une maladie. On parle de maladie quand ces crises se répètent sur une longue durée.

Eléments déclencheurs de la crise épileptique

Ces décharges brutales sont souvent provoquées par différents facteurs qui ont la propriété de stimuler, voire même d’agresser le cerveau. On peut citer les éléments suivants :

  • Une forte émotion : colère, stupeur, anxiété.
  • Un flash lumineux : surtout quand celui-ci est soudain et éblouissant.
  • Lumière clignotantes : phares, clignotant de voitures, jeux vidéo, dessins animés, discothèques, etc.
  • L’exposition excessive aux ondes téléphoniques.
  • Le manque de sommeil, le stress.
  • Certains médicaments du système nerveux central  comme les neuroleptiques.
  • Facteurs hormonaux : la période des règles chez la femme.

Déroulement de la crise d’épilepsie

Comment éviter une crise d'épilepsie

Dans la maladie épileptique, on distingue deux types de crises selon les zones du cerveau touchées : la crise épileptique généralisée et la crise épileptique partielle. La première touche les deux parties du cerveau, c’est-à-dire l’hémisphère droit et l’hémisphère gauche, elle peut s’étendre sur plusieurs minutes et la perte de conscience est totale. La crise partielle quant à elle, ne touche que certaines parties du cerveau et la conscience peut être altérée ou non. Dans chaque cas, la crise se déroule différemment :

Crise généralisée

On distingue le grand mal et le petit mal épileptique. Dans le grand mal, le sujet, après un cri brusque, fait une chute brutale et perd complètement connaissance, son corps se contracte entièrement et entre dans une phase de secousses brusques, le contrôle du corps est entièrement perdu et il arrive parfois que le malade s’urine dessus. La respiration devient bruyante avant que le patient ne se calme peu à peu. En comparaison, le petit mal passe souvent inaperçu et touche les jeunes enfants (4 à 6 ans) jusqu’à la puberté. L’enfant perd conscience et devient immobile, il ne parle pas et son regard est absent, il demeure dans cet état quelques secondes avant de retrouver son état normal.

Crise partielle

Elle est dite simple quand la conscience n’est pas altérée et complexe quand cette dernière est altérée. Dans la crise simple, le sujet fait de légères convulsions inconscientes de certains membres, comme le bras. Cela s’accompagne de délires visuels et de sensations de fourmillements. Dans la crise complexe, le sujet perd connaissance et manifeste des comportements psychomoteurs involontaires.

Comment réagir face à une crise épileptique ?

Lorsque vous êtes en présence d’un épileptique, il est important de savoir réagir vite pour éviter que son état ne s’aggrave. Si vous assistez au début de la crise, commencez par éviter que le patient ne fasse une chute traumatisante : soutenez-le.
Faites le vide autour de lui : éloignez tous les objets qui l’entourent pour éviter qu’il ne se blesse mais retirer aussi les accessoires qu’il porte sur lui : bracelets pouvant lui faire mal, lunettes et placez un oreiller sous sa tête pour limiter le choc des secousses et éviter un traumatisme. Notez l’heure du début de la crise pour enregistrer la durée de celle-ci.

Généralement, les professionnels de la santé administrent une dose de benzodiazépine en intramusculaire quand cela est nécessaire pour relaxer le malade et calmer la crise. Bien sûr, ce geste n’est réservé qu’au personnel formé. L’administration de toute substance non nécessaire pendant une crise pouvant aggraver le cas du malade, voire le tuer.

Eviter une crise épileptique

Comment éviter une crise d'épilepsie

Parfois, le meilleur traitement est la prévention. Comme mentionné plus haut, il existe plusieurs facteurs déclencheurs de la crise. L’idéal serait donc de les éviter : on apprend à gérer ses émotions et on ne s’expose pas aux émotions fortes. On évite les situations stressantes, on se ménage et on fait des nuits complètes de sommeil en respectant les heures recommandées. En parallèle, vous pouvez prendre des mesures supplémentaires pour minimiser davantage les chances de faire des crises épileptiques, la clé est d’adopter une hygiène de vie saine :

  • Avoir une alimentation saine et équilibrée.
  • Consommer ses repas à des heures fixes, éviter le grignotage.
  • Pratiquer une activité physique modérée (une activité intense pouvant déclencher la crise).
  • Eviter la consommation d’excitants (café, thé, boissons énergisantes), d’alcool.
  • Eviter la consommation de drogues.
  • Appliquer des patchs anti-ondes pour absorber les ondes téléphoniques souvent responsables des crises.
Leave a Comment on Comment éviter une crise d’épilepsie : notre guide !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *